Actualités

 

Sans titre6Le CHRS Espoir-CFDJ, implanté sur le Marché d’ Intérêt National de Rungis, accompagne des personnes en situations de précarité. Le Service propose un accompagnement social global avec et sans hébergement.
L’expérience montre que si la problématique du logement est essentielle, elle ne constitue cependant qu’une variable de l’équation qui participe à la réussite du parcours d’insertion.
L’accès à un emploi, la capacité à se mobiliser et s’inscrire dans un environnement social, à effectuer différentes démarches, l’accès à la santé… Par où commencer ?
Il s’agit de mener de front une action, un accompagnement qui favorise le développement des compétences et la capacité des personnes à être actrices de leur parcours, leurs trajets de vie.
Ce constat, le lieu d’implantation du service et les nombreuses sollicitations des établissements concernant l’organisation de buffets pour différents évènements au sein de l’association, nous ont conduits à l’élaboration d’un projet.

Le Min de Rungis donne accès à des produits alimentaires de grande qualité et à moindre coût.

Nous avons donc crée une nouvelle activité de « livraison de repas ».La démarche philosophique de l’action est de pouvoir inscrire l’usager dans son parcours d’inclusion. De ce fait, l’usager se trouve au cœur de ce dispositif et ainsi devient acteur de la prestation.
Cette activité : L’AIR du MIN (Livraison Alimentation Insertion Rungis du MIN) a pour mission de répondre à un double objectif :

  • Insérer l’usager (pris en charge par la structure) dans le monde du travail.
  • Fournir une prestation de qualité

Les objectifs visés par le projet :

  • Favoriser l’insertion sociale et professionnelle
  • Rompre l’isolement
  • Valoriser les capacités et les compétences de la personne
  • Remobiliser la personne

L’activité fournit actuellement une prestation pour les réunions du Conseil d’Administration et à récemment délivré une prestation (accueil et buffet du soir) pour l’Assemblée Générale 2013 de l’Association.

L’équipe du CHRS

 

Quand les maux empêchent les adolescents de se raconter au professionnel lors des entretiens :
– parce que la crainte d’ouvrir une brèche qui risquerait de ne pas se refermer,
– parce que le face à face met mal à l’aise,
– parce qu’ils ont peur de ne pas être entendu…
Nous avons imaginé une autre façon d’entrer en rencontre avec les adolescents afin de leurs permettre de parler d’une manière distancer d’un quotidien qui les éprouve…

Sur l’année 2015, en collaboration avec une médiatrice en art thérapie nous avons mis en place tous les mercredis un atelier d’écriture.

36 adolescents de 10 à 18 ans se sont mobilisés (les jeunes venaient de 9 villes du Département du Val de Marne).

En faisant appel à la créativité des adolescents plusieurs thématiques ont servis de support pour travailler autour du jeu de l’écriture.
A partir de la création d’un personnage imaginaire à qui il arrive des histoires…(le jour de son anniversaire, la relation avec son parent, l’école, les relations d’amitié, les peurs…).

Les adolescents ont pu renouer avec le plaisir d’écrire, le jeu des mots et ainsi reprendre goût à l’apprentissage…
Ces ateliers permettent à chaque jeune, de se confronter à l’adulte, à un groupe de pairs et à lui-même. La mobilisation des adolescents a été prégnante tout au long de l’année.
Les jeunes ont réalisé de nombreux écrits de qualité. A travers, ceux-ci la parole leur a été accordée.
Ce projet soutenu financièrement par la fondation SNCF a été lauréat de cette même fondation.
Avec leur accord, nous avons souhaité partager deux extraits de leurs textes.

ECFDJ-Photo PAEJ-Atelier écriture

Je sais pas quoi faire, lui dire ou pas et puis si elle le sait, ça pourrait tout faire
basculer pour moi. Et puis ses yeux sont d’un bleu tellement splendides et ses cheveux tellement bien dressés sur sa tête que ça ne vaut pas le coup de la briser en lui disant que je suis le garçon qui l’a harceler en 5ème.
Adolescentes de 12 et 16 ans.

La loi de la jungle, qu’est – ce qu’elle est dingue.
Je ne vais pas, changer, de fringues.
La loi de la jungle, qu’est – ce qu’elle est dingue, je ne veux pas devenir dingue.
La société est pourrit, comme on la vit.
Adolescente de 15 ans.

 

Sans titre1Depuis juillet 2015, le service Jeunes Errants a fait l’acquisition d’un camping-car aménagé, grâce à une subvention essentiellement de la fondation Aéroport de Paris (ADP), pour répondre à l’une de nos missions : l’accompagnement socio-éducatif de jeunes en situation d’errance familiale.

« LaSans titre2 P’tite Ecole » se déplace trois fois par semaine sur un campement de Champs sur Marne (77) où nous accompagnons dix-huit enfants et réalisons plusieurs activités : distribution de nourriture et vêtements, ateliers de prévention et de soutien aux apprentissages scolaires, soutien aux démarches administratives, activités sportives, jeux éducatifs et ludiques, etc.

L’équipe éducative, forte de dix années d’expérience, dispose d’une bonne connaissance du contexte culturel, socio-économique et administratif dans lequel évoluent ces jeunes. Grâce à ce dispositif, le service souhaite apporter une alternative à leur errance en proposant une approche spécifique, un accompagnement personnalisé et adapté à chaque situation.

Le camping-car aménagé donne à notre équipe éducative une souplesse d’intervention qui nous permet de nous déplacer, d’être repérés et présents sur le campement, lieu de vie des enfants.
Sans titre3     Sans titre4     Sans titre5

 

L’équipe éducative de « La P’tite Ecole » est composée essentiellement de cinq personnes : une assistante sociale roumanophone, un éducateur spécialisé, deux éducateurs spécialisés en stage et un intervenant roumanophone en contrat civique.
L’objectif de notre intervention est d’accompagner les enfants vers une scolarisation au sein de l’école Républicaine et à plus long terme, de faciliter leur inclusion dans la société française.

Tous les enfants ont fait l’objet d’une demande d’autorisation parentale pour les prises de photo.

...23456